En résidence au Théâtre des Charmes

Salut tas d’humains, pendant que certains s’empiffrent de chocolat déposé par des cloches (entre nous, croire encore à cela après avoir passer l’âge de chopper une MST, c’est à se demander qui est vraiment la cloche), mes 5 abrutis de larbins se sont enfermés dans un théâtre pour une résidence.

Quel théâtre ?

Le théâtre des charmes à Eu, en Normandie, enfin là-bas, là où le froid humide me retourne la moumoute de la peluche. Donc, le théâtre des charmes je te disais. Alors, on va mettre tout de suite les points sur i, les barres sur t et les queues dans les Q, c’est pas un théâtre de striptease. Les charmes, c’est comme l’arbre. Du coup, mes 5 cavaliers de l’apocalypse montés sur des poneys fluo (dont un qui s’appelle Choupette) se sont sentis cons en pensant pouvoir passer le week-end à mater des femelles faire tournoyer leurs tétons. Une fois cette déconvenue passée, ils ont fait ce pourquoi je les laisse en vie : Bosser pour ma gloire.

Ils ont passé 4 jours à bosser, à suer sang, eau et bière pour améliorer leur spectacle. Et vas-y que je te mets du jaune, du rouge et des flashs. Vous vous demandez comment ces 5 décérébrés ont pu réussir à allumer une ampoule sans risquer de se transformer en torche humaine ou sans faire passer 220V à la façon de Cloclo ? C’est simple. Ils ont trouvé quelqu’un pour le faire. Mes larbins se sont trouvés un larbin ! Les mecs sont passés de clochards sans avenir à maîtres stakhanovistes ! Ah putain, ils sont bêtes à manger du foin et des fois – et une fois par an – ils ont une once d’intelligence qui leur sauve la mise. Donc nos 5 esclavagistes du dimanche ont recruté un certain Jean-René. Le gars est responsable technique dans le théâtre et grâce à lui, désormais, le spectacle a carrément de la gueule avec une lumière qui déchire pour chaque morceau.

Et vous vous dites, ils ont tout donné. Et bien non, les 5 orteils (oui parce que pour être comparé à 5 doigts de la main, il faudrait encore qu’ils savent faire quelque chose) m’ont épaté. Ils ont chopé 3 photographes pour couvrir leur week-end. Tout d’abord Elsa, puis le lendemain Anne-Sophie et Laurent du Collectif Zic en Boite. Je demanderai à mes zouaves de mettre les photos sur les réseaux sociaux. Enfin, s’ils y arrivent.

Sinon, il va falloir que je serre la vis avant que les gars pensent que c’est eux la STAR du groupe. Qu’on soit d’accord, c’est moi. Ils ont reçu un journaliste du Courrier Picard et ont même eu un article. Il y a pas à dire, je les ai bien dressés, surtout le plus moche. Ils ont bien rappelé que je suis là.

Bref, mes chippendales du Lidl ont passé un long week-end à vous préparer des surprises. Patientez, vous en saurez plus bientôt.

Partagez !
2018-04-06T16:37:27+00:00